Demain (R. Desnos)

« Demain » « Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir. Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses, Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir. Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille, Nous veillons, nous gardons la lumière et le […]

lire la suite

La rivière bien nommée (Patrick Corillon)

Au commencement était le Verbe. Le Verbe était un cercle parfait. Le Verbe était partout et nulle part. Lorsqu’il prit conscience de lui-même Le verbe ignora le nulle part Et ne se reconnut que dans le partout. Il perdit ainsi une part de lui-même Et de cercle, il se réduisit à la forme d’un œuf. […]

lire la suite

Des formes qui traversent les siècles

Au Musée du Quai Branly à Paris, qui présente des collections d’objets des civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, je suis tombé sur des formes que j’aurais bien imaginées peintes sur des murs de la ville plutôt que sur des céramiques de l’époque Maya. Sur les parois extérieures de ce plat qui date d’entre […]

lire la suite

Ceci n’est pas un monument

Socle plongeoir graffé et corps appelant aux regards admiratifs (ou inquiets), j’ai eu l’impression de voir se muer sous mes yeux une statue grecque remise au goût du jour. L’adolescence n’a pas finit de nous faire replonger dans les racines de notre culture, dans le fleuve de notre histoire.

lire la suite

Enivrez-vous (Ch. Baudelaire)

Il faut être toujours ivre. Tout est là: c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi? De vin, de poésie, de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. Et si quelquefois, sur les marches […]

lire la suite

A nos actes manqués (Jean-Jacques Goldman)

A tous mes loupés, mes ratés, mes vrais soleils Tous les chemins qui me sont passés à côté A tous mes bateaux manqués, mes mauvais sommeils A tous ceux que je n’ai pas été Aux malentendus, aux mensonges, à nos silences A tous ces moments que j’avais cru partager Aux phrases qu’on dit trop vite […]

lire la suite

Quatre phrases de (Charles Baudelaire)

« Alors, ô ma beauté, dites à la vermine Qui vous mangera de baisers Que j’ai gardé la force et l’essence divine De mes amours décomposés » **** « Le beau est toujours bizarre » **** « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans » **** « Etoile de mes yeux, soleil de ma nature Vous, mon ange et ma […]

lire la suite

L’ennemi (Charles Baudelaire)

Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, Traversé çà et là par de brillants soleils; Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage, Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils. Voilà que j’ai touché l’automne des idées, Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux Pour rassembler à neuf […]

lire la suite

Spleen (Charles Baudelaire)

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que de l’horizon embrassant tout le cercle Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits; Quand la terre est changée en un cachot humide, Où l’Espérance, comme une chauve-souris, S’en va battant les […]

lire la suite

Every day (Cristina Aguilera)

Every day is so wonderful And suddenly, it’s hard to breathe Now and then, I get insecure From all the fame, I’m so ashamed I am beautiful no matter what they say Words can’t bring me down I am beautiful in every single way Yes, words can’t bring me down So don’t you bring me […]

lire la suite

Chaque fois que le train passe (Lynda Lemay)

Elle y pense chaque fois que le train passe Elle y pense tout l’temps qu’la rivière coule Elle y pense dans la rue et dans la classe En pleine solitude et en pleine foule Elle y pense chaque fois que le train passe Et puis sur chaque pont qu’elle traverse Chaque fois qu’elle refoule ou […]

lire la suite

Le temps est assassin (Véronique Sanson)

« Quand je vois toutes les colères Que l’on encaisse et que l’on subit Pour moi l’amour, c’est comme l’enfer : Je dis qu’sa force est dans sa lie. Et j’aurai beau tout faire et refaire, Je serai seule et sans repères : Pour moi c’est ça la vraie misère Je dis qu’le temps est assassin. […]

lire la suite