retrostyle_poster_expo_58_by_leikoo-d54knt7

Mon expo universelle

UnknownPetit, j’ai découvert l’Expo ’58 aux travers des yeux pétillants des adultes qui me narraient leurs bons souvenirs.

Probablement insatisfait par la rigueur des années 80 et la crise qui devenait normalité, j’ai
rapidement pris goût aux couleurs acidulées, à ce sentiment de changement et de liberté que les années 50-60 incarnaient.

L’Expo ’58 et le style que l’on va appeler « Atomium » ou « atomique » est la grand’ messe de ce vent nouveau qui soufflait en Occident. Elle fut rendu célèbre par le fait que deux hôtesses de l’exposition aux jupes retroussées furent surprises à faire bronzette sur le toit d’un palais du Heysel. Ces photos firent le tour du monde et lança pour de bon l’expo au niveau international.

Le contexte de l’élaboration de l’Expo était très particulier : c’était la première exposition universelle après la première guerre mondiale et l’utilisation de la science (la bombe atomique entre autre), de la technologie et de l’esprit industriel pour éliminer le plus de gens possibles.

Après cette guerre, vient une autre, tout aussi terrible, que fut la guerre froide entre les communistes et les occidentaux. Les russes viennent de lancer leur spoutnik dans l’espace. Son « Bip » résonna d’ailleurs, lors de l’Expo, dans le pavillon russe qui se situe juste en face de la fameuse rotonde américaine.

La devise de l’Expo était « Pour un monde plus humain », où tous les peuples se retrouvent pour partager la joie d’être entré dans la modernité.

Pour cette manifestation, Bruxelles se transforma avec l’apparition des tunnels sous la petite ceinture, un héliport fut ouvert pour transporter les gens de Zaventem sur le plateau du Heysel.

Il reste encore aujourd’hui quelques traces de cette grand’ messe telles que le chocolat « Dessert 58 » de Côte d’Or, le sac brillant de chez le célèbre maroquinier Delvaux, ou le cheval Bayar à Namur et la statue du Mont des Arts face au Musée des Instruments de Musique à Bruxelles,…

Avec 50 ans de recul je me rend compte que ce fut l’entrée dans la société de consommation avec toute les dérives que cette croissance économique va engendrée. Je reste touché par cet espoir, cette jeunesse et ce changement qu’incarne l’Expo ’58.

FXP

 

publié dans jardin, Nutaugra and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *