Une question de génération

 

 

Dans les échanges autour du thème de la solitude, quelques uns ont tournés autour des questions de génération. C’est sans doute assez banal de chercher à marquer les différences de génération au moment de l’adolescence, mais il m’a semblé que ce n’était pas anodin que cela résonne avec la solitude. Le sentiment de solitude est-il un effet de la différence des générations ?

Au moment de l’adolescence, entre la génération qui nous précède et la nôtre, un écart se fait sentir et il peut donner le sentiment, voire l’envie, d’être seul. C’est comme si, tout à coup, les liens qui nous unissaient à l’autre génération s’étaient transformé à notre insu. Seul avec soi-même et face aux autres, ça reste très difficile de dire ce qui s’est transformé, de repèrer ce qui a changé. Quand on essaye, les manières de dire des uns divergent parfois tellement de celles des autres qu’on a l’impression que ce qu’on cherche à faire comprendre ne passera jamais. Cette incompréhension relance le côté douloureux de la solitude.

On se retrouve seul face à son dire :

Comment faire comprendre à ses parents qu’on trouve qu’ils ont quelque peu ratés leur rôle de parents ? Qu’ils ont quelque peu bafoué les règles ? Pourquoi ne pourrait-on pas leur reprocher librement et calmement ? Qu’est-ce qu’ils ne comprennent pas ?

On se retrouve seul face à un savoir dont on ne comprend pas l’origine et qui questionne la vie elle-même :

Comment expliqué à des parents qui ont l’impression d’être présent pour toi et de savoir tout que tu as voulu te tuer parce que la vie tu n’en voulais plus, …

Je ne lui ai jamais vraiment donner les raisons, j’ai toujours détourné le sujet parce que même maintenant je ne sais pas vraiment la cause, ok il y a des pistes mais je suis pas sûre.
Je sais que je ne voulais plus vivre, que je ne voulais plus grandir, que je ne voulais plus affronter les épreuves mais pourquoi ????

*    *    *

Durant mon adolescence, j’aimais bien un groupe de rock anglais qui s’était nommé The Who . On pourrait traduire ce nom par Le Qui . C’est un nom étrange qui fait résonner ce qui interroge comme une affirmation. Le Qui devient un nom : je suis Qui ! Cette résonnance particulière n’ouvre-t-elle pas une piste pour soutenir la solitude ?

Le « qui » vient ouvrir la question de l’identité : qui suis-je ? qui es-tu ? qui sont-ils ? Si le qui apparaît, c’est que la question de l’identité n’est pas fermée : de celui ou celle sur qui se pose la question « qui ? », on ne peut pas dire : « encore celui-là ! » Il y a du jeu, de la surprise possible. Affirmer le Qui, comme The Who, c’est défendre la possibilité du jeu dans l’identité, au risque de la solitude. Si j’ai repensé à ce groupe, c’est qu’ils ont écrit une chanson qui fait bien sentir cette solitude dans le jeu quand ce jeu reste incompris par l’autre génération. Cela s’appelle My Generation . J’en ai fait une traduction approximative.

My Generation

The Who

Ma génération

Le Qui

People try to put us down

(talkin’ ’bout my generation)

Just because we get around

(talkin’ ’bout my generation)

Things they do look awful cold

(talkin’ ’bout my generation)

I hope I die before get old

(talkin’ ’bout my generation)

This is my generation

This is my generation, baby

Why don’t you all fade away

(talkin’ ’bout my generation)

And don’t try to dig what we all say (talkin’ ’bout my generation)

I’m not trying to cause a big sensation (talkin’ ’bout my generation)

I’m just talkin’ ’bout my generation (talkin’ ’bout my generation)

Les gens essayent de nous enfermer dans une identité

(en parlant de ma génération)

Juste parce qu’on passent par là

(en parlant de ma génération)

Les choses qu’ils font paraissent affreusement froides

(en parlant de ma génération)

J’espère que je mourrai avant de devenir vieux

(en parlant de ma génération)

C’est ma génération,

C’est ma génération, bébé

Pourquoi est-ce que vous ne disparaissez pas tous

(en parlant de ma génération)

Et n’essayer pas de creuser dans tout ce qu’on dit

(en parlant de ma génération)

Je n’essaye pas de provoquer une grande sensation

(en parlant de ma génération)

Je suis juste en train de parler de ma génération

(en parlant de ma génération)

Dans cette chanson du Who, ce qui est mis en avant c’est que le simple fait de « passer par là » ou de « juste parler de sa génération » semble provoquer des réactions de rejet, d’enfermement dans une identité (« tu es comme ça, juste parce que tu es passé par là ») qui donne envie que « tous » disparaissent, qu’il n’y ai plus de témoins.

La solitude devient alors une nécessité qui se lie avec l’intimité.

Je ne vais pas me plaindre de la dimension de ma chambre parce que, au moins, c’est un lieu où je peux être tout seul.

La solitude pour être seul et ne plus rien entendre :

Et, bah , ce ke je fé kan c comme ça, je monte dans mon lit et je met Linkin Park dans mon balladeur a Donf !! Comme ça kan elle me parle j’entends rien !! LOL !!

La solitude pour se retrouver soi-même :

Un endroit à soi, c’est important. Un endroit où l’on peut se retrouver seul, où l’on peut réfléchir sans être dérangé, où l’on peut s’échapper de ce monde sans témoin.

*    *    *

Dans les échanges, chacun « travaille » une manière de dire ce qui lui arrive là où quelque chose de commun peut avoir une chance de se trouver, entre jeunes de la même génération.

Les gens se complaisent à nous dire : « C’est une expérience pour plus tard… » Mais que connaissent-ils de notre vie pour pouvoir nous juger et nous parler de la sorte ! Eux, qu’ont-ils vécu ? Qu’est-ce qu’ils en savent ?

Et les animateurs dans tout ça : ils réécoutent The Who qui les renvoient à leur génération et leur rappelle en même temps leur expérience de l’adolescence. Voilà ce qui leur permet peut-être d’accompagner un peu ce qui se dit par petites touches, pour tenter de donner la confiance suffisante au dire de chacun qui se risque à faire face à la solitude et « tenir bon ».

J’t’encourage miss à tenir bon

TF

publié dans le scriboire, trace des passages and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *