Grain de sel : la mer

Petite histoire amusante mais qui laisse à réfléchir.

La mer, comme chacun le sait, envahit régulièrement la plage. On parle de marées montantes ou de sacs, mais on dit aussi que la mer transgresse la plage. Puis au gré de la lune, elle se retire et laisse la plage humide; on parle alors de marées descendantes ou de ressacs. Mais on dit aussi qu’alors la mer régresse.
Est-ce pour autant qu’on en est revenu au point de départ ? Bien sûr si on s’en tient au simple aller-retour. Mais invisibles, le sable humide contient des milions de petits animaluscules qui ne pouvaient grandir, voire se reproduire, qu’à l’air libre pour retourner ensuite à la mer.
Ainsi s’est-il passé, à notre insu, des tas de phénomènes dont on n’a qu’une très vague idée. Ce simple mouvement de transgression et régression de la mer est porteur de vie qui n’aurait pas lieu sans lui.

Curieux, je suis allé voir dans le dictionnaire la définition de ces mots. Transgression c’est d’abord cette définition géologique de la mer; ensuite au sens figuré, c’est passer au-dessus d’une règle, d’une habitude, d’une coutume… un peu comme la mer passe au-dessus de la plage. Le sens contraire de transgresser (on dit alors l’antonyme de ce mot), c’est bien régresser, un retour au point de départ en quelque sorte. Mais si on recommence le mouvement, l’antonyme de régresser, serait-ce à nouveau transgresser ? Et bien non, c’est progresser. Amusant n’est-ce pas, comme pour la mer !

Ça m’a fait penser à la vie.

JFM

publié dans le scriboire, trace des passages and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *