Le regard de Vincent (Romain Didier)

 

 

On a tous dans la tête
Des corbeaux qui s’envolent
Vers un ciel bleu-marine
Un sentier qui s’arrête
Un nuage qui s’affole
Une fin qu’on devine

On a tous dans la tête
Une sale idée fixe
Dans un café de nuit
Une horloge qui s’arrête
A jamais sur le dix
Un peu après minuit

On a tous une ville
Une ferme une lande
Qui ressemble à Etten
Des amours en exil
Des souv’nirs de Hollande
Des passions qui s’éteignent

On a tous dans sa vie
Un lit abandonné
Une chambre fidèle
On a tous eu envie
Un soir d’y retourner
Une nuit sans sommeil

On a tous dans la peau… Un tableau
On a tous dans le sang
La folie d’un moment
On peint tous ses défauts… Au couteau
On a tous dans le sang
Le regard de Vincent

On a tous dans un port
Comme sur le quai d’Anvers
Des bateaux amarrés
On a tous vers le Nord
Eu la peur de l’hiver

Dans un brouillard épais
On a tous une femme
Pliée dans la mémoire
Un modèle aux seins nus
On a chacun ses drames
On se coupe au rasoir
Dans ses portraits déçus

On a tous dans la peau… Un tableau
On a tous dans le sang
La folie d’un moment
On peint tous ses défauts… Au couteau
On a tous dans le sang
Le regard de Vincent

On a tous dans la tête
Des corbeaux qui s’envolent
Vers un ciel bleu-marine
Un sentier qui s’arrête
Un nuage qui s’affole
Une fin qu’on devine

Romain Didier

publié dans florilège, le scriboire and tagged , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *