J’ai pas les mots (Grand Corps Malade)


Il est de ces évènements qui sortent tout le reste de nos pensées.
Certaines circonstances qui nous stoppent net dans notre lancée.
Il est de ces réalités qu’on était pas prêts à recevoir.
Et qui rendent toutes tentatives de bien-être illusoires.
J’ai pas les mots pour exprimer la puissance de la douleur.
J’ai lu au fond de tes yeux ce que signifiait le mot « malheur ».
C’est un souvenir glacial, comme ce soir de décembre.
Où tes espoirs brûlants, on laissé place à des cendres.
J’ai pas trouvé les mots pour expliquer l’inexplicable.
J’ai pas trouvé les mots pour consoler l’inconsolable.
Je n’ai trouvé que ma main, pour poser sur ton epaule.
Attendant que les lendemains se dépèchent de jouer leur rôle.
J’ai pas les phrases miracles qui pourraient soulager ta peine.
Aucune formule magique, parmi ces mots qui saignent.

Je n’ai trouvé que ma présence pour t’aider à souffrir.
Et constater dans ce silence, que ta tristesse m’a fait grandir.
J’ai pas trouvé le remède pour réparer un coeur brisé.
Il faudra tellement de temps avant qu’il puisse cicatriser.
Avoir vécu avec elle et apprendre à vivre sans.
Elle avait écrit quelque part que tu verserais des larmes de sang.
Tu as su rester debout, et je t’admire de ton courage.
Tu avances la tête haute, et tu traverses cet orage.
A côté de ton épreuve, tout me semble derisoire.
Tout comme ces mots qui pleuvent, que j’écris sans espoir.
Pourtant les saisons s’enchaineront, saluant ta patience.
En ta force et ton envie, j’ai une totale confiance.
Tu ne seras plus jamais le même, mais dans le ciel, dès demain.
Son étoile t’éclairera, pour te montrer le chemin.

Grand Corps Malade

publié dans chambre de lecture, florilège, le scriboire, paroles chansons and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *