J’te mentirais (Patrick Bruel)

J’te mentirais

Si j’te disais qu’ j’y ai pas pensé
Si j’te disais qu’ j’ai pas voulu

Retenir le nom de sa rue
Si j’te disais,
Mon amour, que j’ai rien senti,
Rien entendu de ces non-dits
Qu’à ses silences, j’ai pas souri
J’te mentirais

J’te mentirais

Vite, je tombe

Est-ce que tu m’ regarderas ?
Est-ce que tu seras en bas

Pour m’emmener là où je n’ sais pas
Là où je n’ vais pas ?
Alors, vite, je tombe

Comme un pantin sans fil
Trop libre et trop fragile
Je cherche ta main dans les nuages

Pour chasser son image

J’te mentirais

Si j’te disais au fond des yeux
Que tes larmes ont tort de couler

Que cette fille ne fait que passer
J’te mentirais

Et pourtant moi, j’ me suis menti
De nous croire tellement à l’abri
De nous voir plus fort que la vie
Mais ces choses-là

On ne les sait pas

Vite, je tombe

Est-ce que tu seras en bas ?
Est-ce que tu m’attendras

Pour m’emmener là où je n’ sais pas,
Pour me ramener vers toi ?
Alors, vite, je tombe

Comme un pantin sans fil
Notre histoire qui défile
Je cherche ta main dans les nuages

Pour pas tourner la page

J’te mentirais

Mais à qui d’autre pourrais-je le dire
Sans cette fois vraiment te trahir ?

Le silence est parfois pire

Vite, je tombe

Est-ce que tu seras en bas ?
Est-ce que tu m’ramasseras

Pour m’emmener là où je n’ sais pas,
Pour me ramener vers toi ?
Alors, vite, je tombe

Comme un oiseau voleur
Touché là, en plein cœur

Et qui se demande encore pourquoi
Il est passé par là.

 

Patrick Bruel

publié dans florilège, le scriboire and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *