Adulte – Majorité

Majorité

A partir de relations conflictuelles avec d’autres adultes, une participante récemment majeure se posait des questions sur la possibilité de prendre des décisions à partir de ce nouveau statut.

La majorité arrive tout à coup, quand on a 18 ans. Il n’y a pas de rituel particulier qui indique une position différente. Chacun doit en faire son expérience. Ainsi, pour cette participante, ce qui était sûr c’est que la manière dont ta situation allait évoluer devait absolument être sous sa responsabilité, sinon elle refuserait de s’en sortir ayant l’impression que c’est un(e) autre qui aurait tout manigancé. Le refus apparaissait comme une manière d’ouvrir un espace de décision pour soi-même.

Ce questionnement, comme souvent, avait guidé une réflexion et m’avait amené à faire part de ma propre expérience.
En tant que majeure, il est clair que chacun a la latitude de prendre des décisions. Il n’y a aucun doute là-dessous, tant que cela se passe dans le cadre des lois prescrites par la société.

Mon expérience de la majorité montre aussi que ces décisions que je prends seul, régulièrement, je dois en rendre compte auprès de quelques autres, majeurs également, qui apprécient autant mes initiatives et ma créativité que mon respect des accords pris ensemble.

Il arrive que ces autres s’inquiètent pour moi et qu’ils me le disent. C’est vrai que j’en tiendrai compte plus facilement si je sens qu’ils me laisseront, après ça, prendre soin de moi comme je l’entends.

Je suis content d’entendre ces préoccupations que d’autres ont vis-à-vis de moi car je sais que le soin que je me porte dépend aussi un peu d’eux, de leur reconnaissance, de leur amitié ou de leur amour. Être seul, d’accord, mais il me semble important, pour rester humain, que cela soit avec quelques autres, eux-mêmes en mesure, au-delà des liens que nous avons ensemble, de se débrouiller seul.

Cela nous a mené à évoquer la séparation : devenir majeur, c’est aussi pouvoir se séparer pour se retrouver autrement ou pour conclure quelque chose. Souvent, entre adultes majeurs, il y a des accords pris ensemble à respecter, qui sont balisé par des lois. Ces accords disent aussi comment on prévoit de se quitter de telle façon qu’une certaine confiance s’installe par rapport à l’après de la séparation, ce qui n’est manifestement pas le cas pour le moment.

Alors, comment faire pour gagner, en quelque sorte, sa majorité auprès d’un(e) autre ? Pour qu’elle te laisse partir en confiance ? Que pourrais-tu lui dire, en fonction des accords pris ensemble, pour que vous puissiez vous séparer sans inquiétude ?

TF

publié dans chambre de lecture, lexique and tagged , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *