dans la maison

Dans la maison (F. Ozon)

Un adolescent se cherche, comme beaucoup, sauf qu’il manque d’un site pour se donner lieu :  pas vraiment de famille, pas vraiment de maison et ce qui s’y passe complique fâcheusement toute construction identitaire.

Pour se construire une identité, une intimité, il va falloir aller voir ailleurs. L’occasion va lui être donnée par un condisciple qui représente ce qui lui manque au niveau de l’identité et de l’intimité. Ce condisciple, en effet, est fils unique, à des parents aimants et vit dans un espace où se tisse de l’intimité.

Dans une ambivalence logique entre attrait pour l’intime et rejet de l’image trop lisse qu’elle produit, l’adolescent va se glisser dans la maison, dans l’identité et dans l’intimité de son condisciple sous l’impulsion de plus en plus provocante d’un professeur de français. Ce dernier découvre que les rédactions de l’adolescent narre ses incursions dans la maison de son condisciple.

Sous le prétexte d’une fiction qui servira d’abord de bouclier moral pour pénétrer plus loin dans l’intime du condisciple et de ses parents sans tomber dans la fascination, c’est l’intimité psychique du professeur qui s’ouvrira peu à peu à la recherche de l’adolescent.

D’une intimité à l’autre, l’évolution des relations de l’adolescent avec son condisciple et sa famille, avec son professeur et son histoire, va montrer l’impossible des rapports intimes dans tous les sens du terme, qu’il s’agisse de sexualité ou d’identité. Mais c’est le déni de cet impossible qui fait la trame du film. Ce déni pousse, provoque des tentatives d’effraction d’intimités fragilisées dans leur construction, sous l’impulsion redoublée d’un mélange de voyeurisme et de dénigrement.

L’intimité ne s’obtient pas par vol, par effraction ni même par don. Elle se constitue du partage d’une fiction dont le tissage permet la bonne tenue imaginaire, entre réel et symbolique.

Outre la question de la formation d’une intimité et d’une identité à l’adolescence, de l’interpellation que cela entraîne chez l’adulte de sa propre intimité et identité, le film amène des éléments de réflexion sur le transfert et son impossible, la nécessité de la parole pour éviter le déni.

tf

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19352899&cfilm=193715.html

publié dans chambre de vision, projecteur and tagged , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *