penchée

L’enfant penchée

CHAPITRE I – Un événement arrive, comme une adolescence

Mary : elle semblait partir pour un jour sans histoire. Un jour dans un parc d’attractions avec son frère et ses parents.

Mais, au sortir d’une attraction spectaculaire, elle émerge, on ne sait trop pourquoi, oblique. Penchée à peu près à 30° ce qui, pour son honorable famille, est évidemment très embarrassant.

  

Parce qu’elle devient rapidement elle-même une attraction par rapport aux gens qui l’entourent. Surtout que son père veut évidemment la remettre droite dès que possible : qu’elle arrête de simuler, qu’elle arrête de faire le singe !

Hélas quand il la remet droite, elle tombe.

Mary n’en finit pas de tomber, puis de se relever, toujours aussi penchée.

La famille est obligée d’écourter son séjour dans le Disneyland local : cette journée, qui s’annonçait délicieuse, tourne à la catastrophe.

*   *   *

Revoilà Mary chez elle dans la ville industriel où son père occupe des fonctions éminentes. Les cheminées des usines, juste en face d’elle, semblent là pour bien rappeler son propre défaut de verticalité. Car la nuit n’a rien arrangé.

Mary a beau faire, quoi qu’elle fasse, qu’elle avance dans un couloir ou qu’elle descende un escalier, elle penche. Toujours dans le même sens d’ailleurs, ce qui fait que chaque fois qu’elle bouge, elle se met dans des positions différentes : parfois confortables, parfois très inconfortables.

Descendre un escalier qui tourne amène des situations sans cesse nouvelles

  

Peu à peu, Mary trouve ses repères, elle arrange un petit peu sa façon de marcher. Finalement elle ne se débrouille pas si mal.

*   *   *

Ce qui ne s’arrange pas du tout, c’est son rapport avec sa famille. Ses parents, persuadés qu’elle simule et sous l’impulsion d’un médecin certainement bienveillant, décident de la mettre – je ne sais pas si c’est un pensionnat assez strict.Une Maison de Redressement pourrait-on dire.

On lui impose de marcher avec une béquille pour avancer droit. Et ses petites camarades ne semblent pas avoir pour elle une bienveillance exagérée.

Et voici la leçon tant attendue de gymnastique, l’occasion de faire des exercices qui, évidemment, réservent plus d’une surprise.

(Alors là on a pu exorciser, avec François, tous nos souvenirs les plus épouvantables de cours d’éducation physique et dépeindre une enseignante tout ce qui a de plus avenante. On n’a pas eu de plainte des syndicats de professeurs, et notamment de professeurs de gymnastique, mais enfin quand je rencontre les professeurs de mes enfants, je ne suis pas très fier si ils ont lu cette histoire.)

Mary, qui décidément ne se plaît pas du tout dans sa pension, décide de partir en pleine nuit. Là, on s’aperçoit que le fait d’être penchée rend parfois quelques services…

Elle escalade très facilement le mur d’enceinte du collège – qui pourtant est assez haut -, abandonne là sa poupée pour se protéger des tessons de bouteilles, et part à l’aventure, droit devant elle, toujours penchée. Elle n’a qu’une idée : trouver quelqu’un qui comprendra un peu ce qui lui arrive, cette drôle de chose qui lui est tombée dessus.

CHAPITRE II – Ce qui arrive ne trouve pas sa place

Alors elle déboule seule dans une grande ville où malheureusement elle se trouve rapidement rejetée de tous, y compris des mendiants. Même à la soupe populaire, elle n’est pas la bienvenue.

Elle traverse par hasard une classe de Beaux Arts, mais elle est immédiatement désignée par le professeur comme une sorte de monstruosité, d’erreur de la nature et priée de déguerpir.

Alors elle se retrouve dehors, par un froid glacial, complètement au bout du rouleau, prête à se laisser mourir. Heureusement, la rencontre avec un petit singe, qui ne se soucie pas vraiment de ce qui marche droit ou de ce qui va de travers, va commencer à la tirer d’affaire.

Ce petit singe l’entraîne vers le cirque dans lequel il travaille.

Mary y trouve une place assez naturelle.

Et elle devient très rapidement la vedette de ce cirque, réussissant des numéros évidemment sensationnels. Quand elle marche sur la corde, toute penchée, tout le monde est persuadé qu’il y a un truc. Les messieurs et les dames s’évanouissent de temps en temps. Grâce à Mary, le cirque s’agrandit rapidement.

Mais cette vie ne lui plaît pas très longtemps et, après quelques semaines, au grand désespoir du patron du cirque, elle s’en va à nouveau.

*   *   *

Elle a entendu parler d’un savant appelé Axel Wappendorf et s’est mise en tête qu’il pourrait l’aider. Elle arrive dans un Observatoire où il travaille avec ses collègues sur un grand projet d’engin interplanétaire. Mary espère que Wappendorf va pouvoir lui dire ce qu’il en est de son cas et si elle est condamnée à rester toujours penchée.

Dans cette auguste assemblée, on la fait monté sur la table. Ces messieurs vénérables sont tout à fait enchantés de la venue inopinée de cette jeune fille.

Et Wappendorf va tenter de comprendre ce qui arrive à Mary . Il l’observe attentivement, cherchant à comprendre le mécanisme de son inclinaison. Pourquoi la robe de Mary tombe-t-elle naturellement dans une pesanteur qui semble normale, alors que son corps obéit à une autre logique?

Wappendorf va notamment faire une démonstration autour des cheveux de la jeune fille.

Il regarde d’abord les vêtements : ils se comportent comme les vêtements de tout un chacun.

Par contre les cheveux, lorsqu’il les soulève, reprennent immédiatement leur position dans le même axe que le corps. Toute idée de simulation est donc exclue. Wappendorf déduit, peut-être audacieusement, que cette jeune fille est soumise à une autre attraction. Comme si elle était attirée par une autre pesanteur, celle d’une autre planête dont lui-même avait depuis longtemps pressenti l’existence.

CHAPITRE III – Un voyage pour se retrouver…plus tard

clip_image001_001

Voici Mary et Axel Wappendorf qui partent ensemble vers cette difficile expédition, courageusement.

La parabole décrite par leur engin n’est peut-être pas celle que les calculs avaient prédit mais enfin l’engin décolle et il atterrit quelque part.

 

Mary et Axel se retrouvent dans un « lieu inconnu », à une date tout aussi inconnue.

clip_image002_006

Et là dans cet espace dont on ne sait trop si il est à l’intérieur de leur planète ou à l’extérieur, leurs destins vont fortement diverger. Brusquement, c’est Axel Wappendorf le savant qui va se retrouver de travers et Mary, redevenue droite, qui est très à l’aise dans ses déambulations.

clip_image002temp_000_001

Elle va vivre là dans ce no man’s land une étrange histoire d’amour et de séduction avec un peintre, venu d’on ne sait où.

Pendant quelques heures, ou quelques jours, tout se passe merveilleusement pour Mary. Elle serait prête à rester là toute sa vie, hors du monde.

clip_image002temp_001_000

Mais Wappendorf se persuade assez rapidemment qu’un déréglement généralisé du système est en train de se produire et qu’il n’est pas possible que Mary reste plus longtemps avec lui dans cet endroit inconnu.

clip_image002temp_003_000

Il va persuader le peintre de rentrer dans son propre monde, en abandonnant Mary. La jeune fille est désepérée. Au dernier moment, elle saisit la main du peintre et y laisse une série de traits indélébiles…

clip_image009_000

clip_image002temp_004_000

*   *   *

Mary dans des circonstances que nous ne connaissons pas tout à fait est redevenue droite et adulte. Une dizaine d’année sont passées.

clip_image002temp_005

Mary revoit pour la première fois Wappendorf. Et alors qu’il attend peut-être un remerciement ou des compliments, elle lui dit à quel point cette période où elle était penchée, ce qu’elle a vécu à ce moment-là, est ce qu’elle a connu de meilleur.

clip_image002temp_006_000

 

© casterman

Voilà c’est une traversée très rapide d’une bande dessinée assez longue qui s’appelle « L’enfant penchée » (éditions Casterman). C’est une traversée dans les images. Ce n’est pas l’histoire, c’est peut-être une autre histoire que moi je me raconte à l’intérieur de cet album.

Benoît Peeters

FIN

publié dans bd, Cenhaman, chambre de lecture, jardin and tagged , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *