Sandra Petrovich

Sandra Petrovich vient partager avec nous l’entre deux de sa vie en cours.

Entre deux pays, entre deux cultures, entre deux langues, ils sont nombreux les antres d’entre lesquels surgissent ses gestes et ses pensées, ses révoltes et ses apaisements, ses traces et ses traits : trazas y trazos.

D’origine uruguayenne, Sandra Petrovich partage son temps entre Montevideo et Bruxelles. Six mois par-ci, six mois par-là. Entre français et espagnol, entre peinture et écriture, la curiosité la tenaille, elle travaille les matières pour en faire surgir du sens, pour trouver son territoire entre les territoires.

Voyageant entre terre et mer, entre deux pays qui ont pour frontière un littoral, elle se trouve elle-même et rencontre les autres.

Ses trouvailles l’emmènent toujours vers de nouveaux aménagements pour donner à la vie ses visages. Ca se dit  » ROSTROS  » en espagnol.

 carita linda

Esos rostros

Ciego a los vientos

Alos astros

Sin norte

Sin eje

Las miradas va rompiendo los silencios

Huyen

Emergen de lo vegetal

Brotan en el cemento

Buscan en los abrazos vencer los miedos

(Sandra Petrovich, Escritos, trazas y trazos,

B.L.A.N.C.O., Montevideo, 2003)

Dans le désordre de son atelier, elle explore des passages. Elle a l’expérience des frontières et des traversées. C’est ce qu’elle vient partager sur PASSADO, comme pour indiquer quelles directions peuvent prendre les passages adolescents.

 

Elle nous propose aussi un « carnet » intitulé Noir Rouge, histoire d’une traversée dans le noir où apparaît la sensualité du désir et de la souffrance, berceau « des possibles ailleurs »..

Merci à elle et belle découverte à chacun.

publié dans jardin, Kanadel and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *