J’ai la vie qui m’pique les yeux (Renaud)

J’ai la vie qui m’ pique les yeux J’ai mon p’tit cour qu’est tout bleu Dans ma tête j’ crois bien qu’il pleut. Pas beaucoup, mais un p’tit peu. J’ m’interesse plus à grand chose Même pas fatigué, j’ me r’pose J’ bois la vie à toute petite dose, J’ vois plus la couleur des […]

lire la suite

Incomplet (Bad Religion)

Traduction du texte original en anglais Mère, père, regardez votre petit monstre, Je suis un héros, je suis un zéro, Je suis la chute de la pire blague de l’histoire, Je suis une serrure sans clef, une ville sans porte, Une prière sans foi, une concert sans partition, Je suis un gros mot, un clin […]

lire la suite

Bring me to live (Evanescence)

Wake me up inside, Wake me up inside, Call my name and save me from the dark, Bid my blood to run, Before I come undone, Save me from the nothing Ive become…

lire la suite

Quatre phrases de (Charles Baudelaire)

« Alors, ô ma beauté, dites à la vermine Qui vous mangera de baisers Que j’ai gardé la force et l’essence divine De mes amours décomposés » **** « Le beau est toujours bizarre » **** « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans » **** « Etoile de mes yeux, soleil de ma nature Vous, mon ange et ma […]

lire la suite

L’ennemi (Charles Baudelaire)

Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, Traversé çà et là par de brillants soleils; Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage, Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils. Voilà que j’ai touché l’automne des idées, Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux Pour rassembler à neuf […]

lire la suite

L’âge le moins fait pour le bonheur (Louis Pauwels)

Avec ses ténébreux orages, ses vertiges suicidaires, ses dévorations d’absolu, la jeunesse est l’âge le moins fait pour le bonheur.

lire la suite

The Mask (Charles Baudelaire)

Contemplate this treasure of Florentine graces; In the undulation of this muscular body Elegance and Strength, divine sisters, abound. This woman, truly a miraculous piece of work, Divinely robust, adorably thin, Was made to be enthroned in sumptuous beds And to beguile the leisures of a pontiff or prince. – And look at this delicate, […]

lire la suite

Spleen (Charles Baudelaire)

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que de l’horizon embrassant tout le cercle Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits; Quand la terre est changée en un cachot humide, Où l’Espérance, comme une chauve-souris, S’en va battant les […]

lire la suite

Every day (Cristina Aguilera)

Every day is so wonderful And suddenly, it’s hard to breathe Now and then, I get insecure From all the fame, I’m so ashamed I am beautiful no matter what they say Words can’t bring me down I am beautiful in every single way Yes, words can’t bring me down So don’t you bring me […]

lire la suite

Encore une nouvelle rentrée (Saez)

Encore une nouvelle rentrée Encore peupler ce putain de lycée Encore traîner les rues et les cafés Encore fumer ma clope à la récré Encore se taire ou bien se révolter Et saluer mes frères apprivoisés Encore attendre encore apprendre Mais y a rien à comprendre Mais y a rien à comprendre Mais y a […]

lire la suite

Notre vie (Paul Eluard)

Notre vie tu l’as faite elle est ensevelie Aurore d’une ville un beau matin de mai Sur laquelle la terre a refermé son poing Aurore en moi dix-sept années toujours plus claires Et la mort entre en moi comme dans un moulin Notre vie disais-tu si contente de vivre Et de donner la vie à […]

lire la suite

Chaque fois que le train passe (Lynda Lemay)

Elle y pense chaque fois que le train passe Elle y pense tout l’temps qu’la rivière coule Elle y pense dans la rue et dans la classe En pleine solitude et en pleine foule Elle y pense chaque fois que le train passe Et puis sur chaque pont qu’elle traverse Chaque fois qu’elle refoule ou […]

lire la suite